Le camp de concentration du Vernet d'Ariège* & son Amicale

BaraquesDès février 1939, après l'exode massif des Républicains Espagnols, le Camp de concentration du Vernet d’Ariège sert à interner les soldats de l'armée républicaine espagnole. Ils seront les premiers internés dans ce camp de concentration français, terme utilisé dès février 1939 par l’administration de la Troisième République Française et les prisonniers.

Suite à la déclaration de la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939, ce camp de concentration est devenu un camp répressif destiné à enfermer « les indésirables étrangers », notamment, des volontaires des Brigades Internationales qui avaient combattu en Espagne contre Franco, des opposants politiques aux régimes d’Hitler, Mussolini et Pétain, des membres de la Résistance. A partir de 1942, il sert aussi à l’internement de transit pour les juifs raflés en Ariège et dans le Gers, avant leur déportation. De 1939 à 1944, 30 000 à 40 000 personnes d'une soixantaine de nationalités y ont été enfermées. Les conditions terribles d'internement sont décrites par l’écrivain Arthur Koestler (lui-même interné en 1939 et en 1940) dans un livre paru en 1941 « La Lie de la Terre ».
Par répression politique, par persécution antisémite ou par mesure disciplinaire au moins 4679 prisonniers ont été déportés entre 1941 et 1944 vers les camps de Djelfa (Algérie), d’Aurigny (îles anglo-normandes), d’Auschwitz (Pologne), de Dachau (Allemagne)…
Le 30 juin 1944, les 403 derniers internés sont évacués en camion et en bus (pour les estropiés) jusqu'à Toulouse. Le 3 juillet ils seront déportés par le « Train Fantôme », qui mettra presque 2 mois pour arriver à destination : Dachau pour les hommes et Ravensbrück pour les femmes.

Pour avoir lutté contre les fascismes et défendu la liberté et la paix des peuples, 215 personnes sont mortes à cause de leur internement dans des conditions inhumaines. 152 reposent à jamais dans le cimetière.

Souvenons-nous !

 

* Camp de concentration du Vernet d'Ariège comme l'écrit le ministre secrétaire d'état à l'Intérieur, Marcel PEYROUTON, le 10 janvier 1941 dans une circulaire adressée à messieurs les préfets de la ZONE LIBRE et à messieurs les sous-préfets de Montmorillon, Montluçon et Saint-Amand.

Cette appellation "camp de concentration" doit donc être retenue, utilisée et enseignée. Il faut admettre une fois pour toutes que la France a été à cette époque un état fasciste avec des camps de concentration. Cette vérité historique est un devoir d'Histoire et de Mémoire que nous devons aux milliers d'internés et d'"hébergés" qui ont enduré l'enfer de ces camps de concentration français. Mal nommer ces camps est une marque d'irrespect total et inexcusable quand on a lu cette circulaire. On peut la consulter aux archives départementales suivantes :

  • Pyrénées Orientales sous la cote : 109 W 297 (Etrangers, surveillance et internement : instructions. 1938-1946)
  • Aude sous la cote : 49 W 2 

Circulaire du 10 janvier 1941 de Marcel Peyrouton, ministre secrétaitre d'état à l'Intérieur

  • Nom du fichier : Circulaire 10 01 41 recto
  • Taille : 401.08 Ko
yes /

Télécharger

  • Nom du fichier : Circulaire 10 01 41 verso
  • Taille : 439.05 Ko
yes /

Télécharger