Votre panier est vide  Votre compte

"LES HOMMES DU VERNET"

Plus d'informations

En stock : 119

Disponibilité : En stock

15,00€ TTC

PRÉFACE

Bruno FREI, de son vrai nom Benedikt FREISTADT, est interné au camp de concentration du Vernet d’Ariège du 12 octobre 1939 au 17 janvier 1941. En 1948 il écrit en allemand : « Die Männer von Vernet ».

Par lettre du 22 avril 1973, il autorise l’Amicale à publier « Les Hommes du Vernet » en français, et lui cède ses droits d’auteur.

En 1975 Georges DIMON, alors professeur d’allemand au lycée de Foix, en termine la traduction validée par Bruno FREI et donne, lui aussi, son accord pour une publication par l’Amicale.

Après de nombreux contacts avec diverses maisons d’édition, entre les années 1977 et 1981, l’Amicale renonce à éditer « Les Hommes du Vernet », faute du financement nécessaire. Puis, le texte disparaît…

Début 2015, nous retrouvons la traduction de Georges DIMON, malheureusement parcellaire, certains passages des feuillets photocopiés étant illisibles. Commence alors un travail coopératif entre Françoise Pernot, germaniste, Maria Cozar, hispaniste et Lina Soulan-Cubells, secrétaire de l’Amicale, qui trouve son accomplissement dans cet ouvrage. Un grand merci pour leur précieuse collaboration !

En 2016, nous créons notre maison d’édition, Les éditions du camp du Vernet, afin de publier ce livre bouleversant sur la vie dans le camp de concentration du Vernet d’Ariège. C’est un hommage à toutes les personnes internées au Vernet,  des HOMMES en grande majorité, quelques FEMMES et ENFANTS, toutes d’origine étrangère à quelques rares exceptions.

Ce témoignage poignant révèle le courage, la dignité et l’humanité qui furent nécessaires aux Hommes du Vernet pour résister à l’absurde et à la violence du système concentrationnaire français, mis en place par la Troisième République française et amplifié par l’État français fasciste de Pétain.

Bruno Frei trace le devenir de certains de ces « Hommes du Vernet » dans le texte « Dix ans plus tard » également publié ici, dans une traduction de Françoise Pernot en collaboration avec Maria Cozar.

En annexe, vous trouverez des documents tirés des Archives départementales de l’Ariège, concernant Bruno Frei –cote 5W216 - et Charles Duchatellier –cote 5W266-, dont les dessins réalisés au camp illustrent la couverture. Le portrait en haut à droite est son autoportrait.

Dans ce livre figure aussi la circulaire du 10 janvier 1941, référencée aux Archives départementales des Pyrénées-Orientales avec la cote 109W297, et sa lettre d’accompagnement, tirée des Archives Nationales de Paris cotée F/7/16034. Ces deux documents complémentaires prouvent de façon irréfutable l'existence des camps de concentration sur le territoire français.